Poissons, pêche

Ce forum est public et accessible en lecture même sans être inscrit, mais pour intervenir ou accéder aux pièces jointes il faut être inscrit.

Dans ce forum, vous pouvez demander des renseignements techniques ou administratifs, répondre aux questions posées, diffuser des informations relatives à la petite hydroélectricité.

Modérateurs : moulino51, MHEC

Répondre
patrice
Membre
Messages : 55
Enregistré le : 04 févr. 2011, 14:43

Re: Mortalité piscicole en turbine

Message par patrice »

Bonsoir à tous
J'ai eu connaissance d'un essai "grandeur nature" avec filet en sortie de turbine. L'ONEMA n'a jamais voulu admettre les résultats du test.
C'est tellement plus facile d'affirmer tout et son contraire. Pire, c'était "illégal"!!!!
Quelqu'un a dit: Avoir raison trop tôt, c'est déjà avoir tord!!!
L'étude et surtout le protocole ne venait pas d'eux....
Je préférerais que cette personne l'explique elle-même.
L'étude statistique était remarquablement menée mais elle est tellement dérangeante!

Bonne soirée

CF21
Site Admin
Messages : 2787
Enregistré le : 04 juil. 2012, 15:20
Localisation : Bourgogne, Yonne, moulin Sully sur le Trinquelin

Re: Mortalité piscicole en turbine

Message par CF21 »

Voilà, j'ai finalement trouvé le temps de recenser l'étude citée plus haut.

Un travail a été mené sur le bassin de Loire-Bretagne pour estimer la mortalité totale des jeunes saumons (smolts) et des anguilles argentées due aux ouvrages hydro-électriques en activité sur les rivières. Les valeurs de mortalité obtenues vont de 2 à 27% des poissons produits sur le bassin. Nous exposons ici des réserves sur les formules utilisées pour le calcul de mortalité et sur l'absence d'intervalle de confiance dans les résultats du modèle. Minimiser la mortalité piscicole dans les ouvrages hydro-électriques est un vrai enjeu, en particulier si l'on souhaite le plein développement de cette source d'énergie dans les années à venir. Mais il faut au préalable améliorer les connaissances sur les mortalités réelles en conditions d'exploitation, particulièrement pour les petites puissances très peu étudiées à ce jour dans la littérature scientifique. Cette analyse par gradient de puissance est également nécessaire pour adapter les prescriptions réglementaires d'ichtyocompatibilité des installations.

La suite : http://www.hydrauxois.org/2015/10/morta ... ation.html

Avatar du membre
moulino51
Site Admin
Messages : 3525
Enregistré le : 11 févr. 2010, 09:45
Localisation : Région de Reims

Re: Mortalité piscicole en turbine

Message par moulino51 »

Ce que j'aimerais bien c'est un comparatif des risques de mortalité entre une VLH (la ou les Smolts sont injectés dans un tuyau) et le passage dans une francis de basse chute.
Je prédis "mortalité zéro" au passage de la françis :mrgreen:


"Il ne suffit pas de regarder quelle planète nous allons laisser à nos enfants
mais aussi quels enfants nous laisserons à la planète"

CF21
Site Admin
Messages : 2787
Enregistré le : 04 juil. 2012, 15:20
Localisation : Bourgogne, Yonne, moulin Sully sur le Trinquelin

Re: Mortalité piscicole en turbine

Message par CF21 »

moulino51 a écrit :Ce que j'aimerais bien c'est un comparatif des risques de mortalité entre une VLH (la ou les Smolts sont injectés dans un tuyau) et le passage dans une francis de basse chute.
Je prédis "mortalité zéro" au passage de la françis :mrgreen:
Ce qu'il faudrait, c'est une bonne vingtaine d'analyses in situ avec divers équipements et diverses périodes migratoires. On pourrait le faire soi-même mais outre qu'il y a un coût, l'Onema ne reconnaîtrait sans doute pas les résultats.

La méthode d'injection par tuyau, c'est utile pour donner la mortalité du poisson engagé mais cela ne donne pas le nombre réel de poissons qui s'engagent dans la nature (ce que le modèle de Briand et al 2015 affirme calculer).

De manière générale, toute la littérature actuelle sur laquelle s'appuie l'administration est sous-informée sur les petites puissances, alors même qu'elles représentent 95% des sites (donc 95% des ouvrages hydrauliques en rivières classées ou protégées).

Sinon, je me demande combien représente la pêche de loisir en mortalité piscicole. Il y a 1,5 millions de pêcheurs "officiels", s'ils en prennent chacun 20 en moyenne sur l'ensemble de leur saison, cela produit par exemple une mortalité de 30 millions d'individus /an. A quoi s'ajoutent les effets indirects de morbidité et mortalité (pathogènes introduists par des empoissonnements). Mais l'Onema ex Conseil supérieur de la pêche n'est pas pressé d'analyser ce genre d'impacts... c'est plus intéressant pour le lobby de diaboliser l'hydro-électricité.

Avatar du membre
moulino51
Site Admin
Messages : 3525
Enregistré le : 11 févr. 2010, 09:45
Localisation : Région de Reims

Re: Mortalité piscicole en turbine

Message par moulino51 »

Mais l'Onema ex Conseil supérieur de la pêche n'est pas pressé d'analyser ce genre d'impacts...
Tant que la pêche a une fonction vivrière, ça ne me choque pas, mais dés que la pêche n'a pour but que de faire souffrir inutilement une espèce pour du "loisir", la oui ça me choque.
Je n'aime pas cette image d'accrocher un bout de métal dans la gueule d'un animal uniquement pour son plaisir.

Dans un sens, je comprends bien l'idée du tube pour orienter les smolts au centre, au milieu, au bord des pales de la VLH, mais cela ne valide qu'une différence possible sur les risques de mortalité selon que le poisson passe au centre ou en périphérie de l'hélice, en aucun cas ce n'est une indication sur le pourcentage de poissons tués ou blessés lors d'un passage "normal" au travers de cette turbine.

Il serait bon que Mj2Technologie refasse un essai de lâcher amont dans des conditions proche d'un passage naturel, avec un filet placé a l'amont pour empêcher les smolts de remonter, et ainsi recréer des conditions plus "naturelles" de passage en turbine.

Quel est le pourcentage de VLH qui tournent en rapport au nombre de Francis de basse chute encore en usage :?: 1 % sans doute grand maximum :?:

Les syndicats ou fédérations pourraient mettre en place ces études comparative.

Je ne vois vraiment pas de risque de mortalité au passage de ma turbine qui tourne a 50 t/min sous 1,85 m de chute. :evil:


"Il ne suffit pas de regarder quelle planète nous allons laisser à nos enfants
mais aussi quels enfants nous laisserons à la planète"

CF21
Site Admin
Messages : 2787
Enregistré le : 04 juil. 2012, 15:20
Localisation : Bourgogne, Yonne, moulin Sully sur le Trinquelin

Re: Mortalité piscicole en turbine

Message par CF21 »

Je place ci-dessous les extraits avec formules de leurs modèles, si vous voulez calculer la mortalité "théorique" de votre site.

Mortalité des smolts en Kaplan
Formule_Kaplan_smolt.png
Mortalité des smolts en Francis
Formule_Francis_smolt.png
Mortalité des anguilles en Kaplan
Formule_Kaplan_anguille.png
Mortalité des anguilles en Francis
Formule_FRancis_anguille.png
Pour les Pelton la mortalité est posée à 100% ; pour les VLH, les vis et les roues et les sites avec grille à 20 mm ou moins, elle est posée à 0%.
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

Avatar du membre
moulino51
Site Admin
Messages : 3525
Enregistré le : 11 févr. 2010, 09:45
Localisation : Région de Reims

Re: Mortalité piscicole en turbine

Message par moulino51 »

Je ne lis pas l'hébreu :lol: :lol: (pourquoi faire simple quand c'est si simple de faire compliqué pour l'Onéma) :lol: :lol:


"Il ne suffit pas de regarder quelle planète nous allons laisser à nos enfants
mais aussi quels enfants nous laisserons à la planète"

pierre
Membre
Messages : 214
Enregistré le : 26 mai 2010, 19:16
Localisation : aveyron

Re: Mortalité piscicole en turbine

Message par pierre »

Bonjour
CF21 mentionnait mon cas en début de post. Après une première explication, j ai du en effet renvoyer un courrier à la ddt cette fois ci avec un calcul de mortalité début août.
J ai utilisé une formule plus récente de l onema et surtout fait un calcul de l ensemble de la prise d eau.
Ratio débit turbiné*non efficacité de la grille * mortalité dans Kaplan, et j étais arrivé à 2% de mortalité.

Je me suis basé sur plusieurs PowerPoint de l onema.
Pour info, je n ai jamais eu de retour.
Salutations
Pierre
Moulin à blé/Filature , Dumont kaplan 3m 3m3/s 225 tr/min

Avatar du membre
MHEC
Site Admin
Messages : 1630
Enregistré le : 05 juin 2010, 23:58
Localisation : champagne-ardenne
Contact :

Re: Mortalité piscicole en turbine

Message par MHEC »

Bonsoir Pierre,
j ai du en effet renvoyer un courrier à la ddt cette fois ci avec un calcul de mortalité début août.
:?: :?: :?:
Vous n’avez pas à vous justifier de la mortalité du poisson et la DDT n’a aucun droit de vous imposer ce calcul ou de réaliser un rapport dans ce sens ?

Pouvez-vous nous en dire plus ? Merci

PV
Microcentrale HydroElectrique de Chappes
Turbine Kaplan double réglage THEE : 10 m3/s / 2,80 m - 145 t/mn - Ø roue 1,80 m.
Génératrice: ABB de 220 kW, Multiplicateur: HANSEN, Production: 1 000 MWh/an.

Image
Site web: Moulin de Chappes.com

CF21
Site Admin
Messages : 2787
Enregistré le : 04 juil. 2012, 15:20
Localisation : Bourgogne, Yonne, moulin Sully sur le Trinquelin

Re: Mortalité piscicole en turbine

Message par CF21 »

MHEC a écrit : Vous n’avez pas à vous justifier de la mortalité du poisson et la DDT n’a aucun droit de vous imposer ce calcul ou de réaliser un rapport dans ce sens ?
Depuis l'arrêté du 11 septembre 2015, faisant suite au décret du 1er juillet 2014, la Préfecture a tous les droits ou presque. Une disposition spéciale est prévue sur l'ichtyocompatibilité, cf les § ci-dessous. Même avant cela, DDT et Onema pouvaient faire pression sur le dossier d'instruction d'une centrale au nom de divers articles de la partie réglementaire du C env. Voir par exemple ces consignes d'instruction DREAL Lorraine pp. 29 suiv. (sur la dévalaison en zone prioritaire anguille).

Comme toujours avec ce fatras réglementaire pondu en haut-débit depuis 6 ans par des bureaucraties hors-sol, l'application est inégale, les uns n'ont aucun problème particulier, les autres doivent se battre jusqu'au tribunal.
Une turbine est considérée comme ichtyocompatible si elle garantit une mortalité quasi nulle pour les espèces transitant dans la turbine. L'ichtyocompatibilité d'une turbine doit être validée par plusieurs tests conduits pour l'ensemble des espèces cibles et, le cas échéant, pour différentes gammes de tailles et dans plusieurs configurations de fonctionnement en fonction du débit.
Une prise d'eau est considérée comme ichtyocompatible si la pénétration des poissons vers la turbine est rendue impossible par l'installation d'un plan de grilles dont l'inclinaison, la vitesse et l'espacement des barreaux sont compatibles avec les capacités de franchissement des espèces susceptibles de dévaler sur le site. L'espacement des barreaux doit être adapté à l'espèce cible la plus exposée en fonction de la taille des stades dévalants. Pour l'anguille, un espacement de 20 mm est préconisé. Il pourra être abaissé à 15 mm selon la position de l'obstacle dans le bassin versant et l'effet cumulé. Les modalités de franchissement par l'exutoire de dévalaison et hors exutoire ne doivent pas occasionner de blessures ou mortalités.
En cas d'impossibilités techniques à la mise en place d'une prise d'eau ichtyocompatible, qui devront être démontrées ou, à titre de mesures transitoires, d'autres aménagements pour limiter la pénétration des poissons dans la prise d'eau ou des arrêts de turbinage ou de prélèvement d'eau doivent être mis en œuvre dans la mesure où leurs modalités donnent suffisamment de garanties sur le fait de couvrir les épisodes de dévalaison des espèces cibles.

Répondre