Canaux, biefs

Ce forum est public et accessible en lecture même sans être inscrit, mais pour intervenir ou accéder aux pièces jointes il faut être inscrit.

Dans ce forum, vous pouvez demander des renseignements techniques ou administratifs, répondre aux questions posées, diffuser des informations relatives à la petite hydroélectricité.

Modérateurs : moulino51, MHEC

Répondre
Avatar du membre
Admin
Site Admin
Messages : 196
Enregistré le : 01 avr. 2010, 19:54
Localisation : Vosges
Contact :

Poutres de bois encastrées entre les pavés d'un bief

Message par Admin »

Bonjour,

j'ai remarqué il y a quelques jours le fond d'un bief entièrement réalisé avec des pavés de pierres, assemblés pour former des carrés d'environ 2 m de coté, ces carrés étant séparés par des poutres de chêne probablement.

Cela a du être réalisé fin 1800 début 1900, et je me demande l'utilité de ces poutres ?

Peut-être étaient-elles placées sèches entre les pierres ajustées, et en gonflant, elles bloquaient les pierres ?

Si vous avez des informations, je suis preneur !

Merci

dB-)
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
didier Beaume, DBH Sarl, 33 Les Chênes, 88340 Le Val d'Ajol
RCS Epinal, Siren 510 554 835, http://dbhsarl.eu, capital 5000€, APE 3511Z, TVA FR82510554835

Ancienne filature avec turbine Francis Goulut et Borne, 1600 l/s sous 5 m, 104CV, multiplicateur Comelor, alternateur CGEN

tutlegrand

Re: Poutres de bois encastrées entre les pavés d'un bief

Message par tutlegrand »

Ne servent-elles pas plus simplement à éviter que les pierres ne partent avec le courant ?
Des fondations en quelque sorte...

Avatar du membre
PERRET
Membre
Messages : 925
Enregistré le : 16 mars 2010, 17:12
Localisation : Picardie - Thiérache

Re: Poutres de bois encastrées entre les pavés d'un bief

Message par PERRET »

Sur une vanne de décharge, réalisée en 1852 - une pierre gravée l'atteste - sur un bras de l'Oise dans sa partie amont, le radier et les bajoyers, en maçonnerie, avaient des poutres de chêne, de section 10 x 10 cm environ, encastrées dans la maçonnerie tous les 1,5 m et sur toute la longueur de l'ouvrage (12 m environ). En plus le radier était recouvert, sur toute sa surface, par des planches en chêne clouées sur les traverses.
Les bajoyers ont une hauteur de 2,5 m et la vanne de décharge 2,20 m de haut pour 1,60 m de large.
L'emplacement des montants verticaux encastrées dans les bajoyers, probablement en mauvais état, a été comblé par du ciment en 1920 lors du remplacement de la vanne en bois par une vanne métallique.
Par contre, une grande partie des planches, fixées sur le radier par des clous forgés de section carré et d'une longueur de 12 cm , était toujours en place en 1977. A la même époque, le cric de vanne, d'époque et en fer forgé ! , a été déposé et révisé pour pouvoir y adapter une motorisation. Cric toujours opérationnel à ce jour.
Mais pour répondre à votre question, j'ignore la finalité de la conception de cet ouvrage, à l'origine très soigné. Nous somme sur une rivière de plaine, avec peu de débit solide, donc le radier en briques n'a à supporter que peu ou pas d'érosion. D'autre part, cette vanne, située sur un canal de décharge, devait être manœuvrée peu fréquemment. D'ailleurs, elle n'avais jamais été ouverte de 1942, ou il y avait eu des travaux d'entretien du moulin, à 1976 !

Si quelqu'un peut nous éclairer, il sera bienvenu.
Claude PERRET

kiwi

Canaux, biefs

Message par kiwi »

Bonjour a vous tous,

une bonne âme pourrait elle m'indiquer quel est le niveau d'eau idéal,

pour un groupe bulbe type hydrolec H6, lorsque la turbine est en action,

petit dessin a l'appui,

merci d'avance,

Kiwi.
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

Avatar du membre
PERRET
Membre
Messages : 925
Enregistré le : 16 mars 2010, 17:12
Localisation : Picardie - Thiérache

Re: niveau d'eau idéal

Message par PERRET »

Pour une petite turbine on admet généralement que la partie supérieure du cône d'aspiration doit être immergé de 20 cm environ en basses eaux.
Mais parfois cela fonctionne avec moins. Éviter d'essayer...

CP
Claude PERRET

pierre
Membre
Messages : 214
Enregistré le : 26 mai 2010, 19:16
Localisation : aveyron

bief

Message par pierre »

Bonjour
Je suis un peu surpris que le sujet du curage d'un bief n'ait jamais été abordé : ni techniquement, ni dans la liste des entreprises.
Est il possible d'indiquer les méthodes, entreprises, couts sous traité ou fait soi même?
De plus, que fait on des sediments (terres, végétation)?

En effet, ma dernière visite d'un bief de 800m de long à moitié bouché me laisse perplexe. Et pas de vanne à l'entrée de ce bief. Sur une telle longueur, forcément, certaines parties des murs sont effondrées. Quelle vitesse d'eau ne doit on pas dépasser dans de tels cas? 0,8m/s? Avec une chute proche de 2,2m.

Salutations
Pierre
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Moulin à blé/Filature , Dumont kaplan 3m 3m3/s 225 tr/min

Avatar du membre
PERRET
Membre
Messages : 925
Enregistré le : 16 mars 2010, 17:12
Localisation : Picardie - Thiérache

Re: bief

Message par PERRET »

Bonjour,

Surtout ne jamais prononcer le mot "curage", mot tabou, bien que figurant pratiquement dans tous les règlements d'eau.

Faire, surtout si vous n'êtes pas propriétaire de la totalité des terrains, une "déclaration de travaux d'entretien" et non une "demande d'autorisation de travaux" - simple case à cocher au bon endroit. Se tromper de case a conduit à une enquête publique (cas d'un propriétaire dans le Pas de Calais) pour la reconstruction d'un mur.
A première vue, les travaux à effectuer ne sont pas considérables, probablement un élargissement. Tout dépend du débit.
Travaux à réaliser avec une pelleteuse à chenilles, la plus puissante possible, par une entreprise locale. A faire facturer en régie, à un prix de l'heure à convenir à l'avance.
Il y a quelques années, un canal similaire - 800 m ; 2 à 3 m de large ; profond d'environ 0,80 m, pratiquement comblé, a été réaménagé en 2 jours, sédiments étalés sur la berge.
Pour les travaux, réaliser un batardeau en terre à l'entrée du bief. Remettre en eau lentement pour ne pas entrainer trop de sédiments.
A mon avis, choisir en basse chute une vitesse d'eau dans le canal supérieure à 0,25 m/s pour éviter que le limon fin se dépose et inférieure à 0,5 m/s pour ne pas perdre trop de chute en fonctionnement. A voir cas par cas. Se calcule facilement - par la formule de Manning-Strickler par exemple.

CP
Claude PERRET

Ticapix

Re: bief

Message par Ticapix »

Bonsoir,

Tout à fait d'accord avec M. Perret.
Dans ce cas de figure, on peut parfois avoir à distinguer ce qui relève du cours d'eau à proprement parlé, de ce qui relève du privé , c'est à dire le canal d'amenée.
Dans le cas d'un canal d'amenée cadastré avec un n° de parcelle, il s'agit alors d'une parcelle privée sur laquelle vous pouvez faire ce que vous voulez sur le plan foncier, mais pas avec l'eau ni le poisson.
C'est à dire vous pouvez creuser, élargir, nettoyer , mais sans porter atteinte à la vie aquatique.
Il faut donc informer la DDT ( police de l'eau) que vous allez faire des travaux d'entretien ( cf post de M. Perret)

Pour faire les travaux à sec, une autre solution que le batardeau consiste à faire une digue avec des bigbag + bâche étanche en amont. Cette solution un peu plus complexe que le batardeau classique , mobilise un volume de terre moins important, et permet de moins troubler l'eau, ce qui reste souvent apprécié voire demandé par la DDT.

Bon WE
TG

Avatar du membre
Admin
Site Admin
Messages : 196
Enregistré le : 01 avr. 2010, 19:54
Localisation : Vosges
Contact :

Re: bief

Message par Admin »

Bonsoir,

ci-joint un document bien pratique d'aide à la constitution du dossier de déclaration ou de demande d'autorisation de travaux d'entretien de centrale.

Ce document m'avait été fourni par la DDAF d'Epinal (dans les Vosges), quand j'ai rédigé une déclaration de travaux pour ma propre centrale.

Il n'est pas sûr qu'il soit à jour, ni valable dans d'autres départements, ceci est pour information donc.
aide constitution dossier vidange entretien centrale.pdf
Cordialement

d.Beaume
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
didier Beaume, DBH Sarl, 33 Les Chênes, 88340 Le Val d'Ajol
RCS Epinal, Siren 510 554 835, http://dbhsarl.eu, capital 5000€, APE 3511Z, TVA FR82510554835

Ancienne filature avec turbine Francis Goulut et Borne, 1600 l/s sous 5 m, 104CV, multiplicateur Comelor, alternateur CGEN

altoto
Membre
Messages : 47
Enregistré le : 19 juil. 2010, 09:22

Elargissement entrée d'eau

Message par altoto »

Bonjour à tous,

Alors voila, je suis en train d'étudier la réhabilitation de mon moulin. Les vis hydrodynamique retiennent mon attention :D
Seulement, je suis en cours de demande de reconnaissance de la consistance légale de mon moulin. Par rapport à ce que j'ai demandé,j'ai un devis pour une vis de 3.75m de diamètre.
Seulement ma chambre d'eau ne fait que 3.2m de large. Je comptais simplement "percer" le mur extérieur de la chambre d'eau afin d'y réaliser une ouverture qui alimenterais la vis.
Ma question est donc la suivante: en élargissant le canal d'amenée "après les 3.2m, que vais-je perdre en terme de hauteur de chute?
Y aurait il une longueur L "idéale"?
Merci à tous pour ce forum fort sympathique!
Image

Répondre