Électrotechnique, câbles, contacteurs, ...

Ce forum est public et accessible en lecture même sans être inscrit, mais pour intervenir ou accéder aux pièces jointes il faut être inscrit.

Dans ce forum, vous pouvez demander des renseignements techniques ou administratifs, répondre aux questions posées, diffuser des informations relatives à la petite hydroélectricité.

Modérateurs : moulino51, MHEC

Répondre
Avatar du membre
PERRET
Membre
Messages : 926
Enregistré le : 16 mars 2010, 17:12
Localisation : Picardie - Thiérache

Re: Électrotechnique, câbles, contacteurs, ...

Message par PERRET »

Bonjour,

J'ai été également confronté à ce problème. Disjonctions sur départs monophasé et triphasé des circuits auxiliaires.

Situation un peu différente de la votre : alimentation des auxiliaires par tarif bleu et inversion de la source d'alimentation des auxiliaires au couplage.
L'on ne se rendait compte du problème qu'après arrêt de l'installation. En effet, les auxiliaires : éclairage, commandes de la turbine, dégrilleur, etc.. qui étaient alors alimentés par le tarif jaune, n'étaient pas affectés tant qu'il n'y avait pas de coupure ou de défaut sur le tarif jaune et action de la protection de découplage.

Sur les circuits auxiliaires, on retrouvait des disjoncteurs déclenchés sur des circuits non utilisés ou non en service : prises de courant, éclairage, etc.

Les lignes d'alimentation des auxiliaires sont courtes : une vingtaine de mètres au maximum. Peu suspectes.
Mesures d'isolement par temps humide : RAS.
Essais d'élimination des condensateurs dans les luminaires avec tubes fluorescents, sans effet.

Une amélioration sensible a été trouvé en temporisant (moins dune seconde), avant couplage, la commutation des auxiliaires du tarif bleu au tarif jaune. L'automate n'était pas affecté, ayant placé sur son alimentation (24 V DC) un condensateur électrochimique de forte capacité (10 ou 20 000 µF - je ne sais plus) limitant la chute de tension pendant l'inversion. Donc pas besoin d'une alimentation secourue.

Une solution, semble-t-il définitive, a été finalement trouvée en remplaçant le disjoncteur général différentiel des auxiliaires (20A -30 mA) par un disjoncteur différentiel moins sensible : 300mA. Et supprimé ensuite ce condensateur devenu inutile.

Mais ignore toujours la cause réelle de ces disjonctions. Surtensions transitoires ? Foudre ? peu probable. L'ensemble des réseaux HTA et BT depuis le poste source EDF étant maintenant enterrés.
Claude PERRET

ericnoharet
Membre
Messages : 1166
Enregistré le : 13 juin 2011, 13:36
Localisation : Sud Ardéche

Re: Électrotechnique, câbles, contacteurs, ...

Message par ericnoharet »

Bonjour,

Dans le cas de Mr Perret, il est fort probable qu'il s'agisse de phénomènes inductifs avec les forts courants et champs magnétiques lors du couplage.

C'est peut-être une autre piste a explorer pour From.

Eric

Max_B
Membre
Messages : 19
Enregistré le : 17 août 2016, 14:12
Localisation : Alpes

Re: Électrotechnique, câbles, contacteurs, ...

Message par Max_B »

Je n'ai aucune compétence pour ce type d'installations raccordées au réseau. Je poste seulement pour signaler que mon installation autonome, utilisant un onduleur, posait régulièrement le pb de faire disjoncter le différentiel en amont quand l'onduleur basculait en génération. Je n'ai jamais compris pourquoi. Peut-être des effets d'induction comme mentionné plus haut.
J'ai modifié le fonctionnement de mon installation afin que l'onduleur soit toujours en génération sur le circuit domestique.
Moulin de montagne, hors réseau, banki-crossflow indéterminée (ancienne), alternateur Mecc-alte.
H 10m, Q maxi 0,1, Q actuel 0,070. Production électrique nette 3.3kW

Avatar du membre
dB-)
Site Admin
Messages : 3467
Enregistré le : 24 janv. 2010, 17:09
Localisation : Vosges
Contact :

Re: Électrotechnique, câbles, contacteurs, ...

Message par dB-) »

Bonjour,

en complément des réponses ci-dessus : comme je l'indiquais un peu plus haut, je suspecte l'onduleur, qui permet d'alimenter la régulation le temps d'une coupure, mais qui paradoxalement peut aussi être à l'origine du déclenchement des protections.

Il y a quantité de cas différents, en effet :
  • ces onduleurs peuvent comporter un transformateur d'isolement, ou pas
  • ils comportent la plupart du temps (sauf onduleur matriciel) un redresseur monophasé ou triphasé, AC > DC
  • avec donc la plupart du temps (mais pas toujours ...) un banc continu comportant des condensateurs
  • et quasiment systématiquement des filtres EMI en entrée et en sortie
Ensemble assez compliqué, et après une brève coupure du réseau, à l'instant où la tension réapparaît, une phase de l'onduleur peut se retrouver couplée au maximum de tension, ce qui provoque un courant de charge "instantané", important et dissymétrique du condensateur concerné, qui peut faire déclencher la protection différentielle.

C'est pourquoi la protection différentielle d'un onduleur, si elle est nécessaire, doit se faire par des disjoncteurs ou des interrupteurs différentiels de type A ou F, et non pas du type AC utilisé la plupart du temps.

Pour une centrale injectant quelques dizaines ou centaines de kW et comportant un soutirage en triphasé de quelques kW, on peut normalement utiliser un AGCP de soutirage avec un différentiel type AC classique de 500 mA (valeur assez importante, il ne sautera normalement pas) et un disjoncteur ou interrupteur différentiel plus sensible mais de type A ou F pour le circuit spécifique de l'onduleur.

Une autre solution est d'utiliser un transformateur d'isolement ...

Comme déjà indiqué, tout ça est un peu "lourd" et personnellement je préfère éviter les onduleurs, transformateurs d'isolement, etc, et utiliser des contrepoids ou un accumulateur à azote pour arrêter l'installation en toute sécurité, une petite alimentation sauvegardée se chargeant d'alimenter la régulation pendant quelques minutes, le temps d'enregistrer la séquence d'arrêt (pour consultation ultérieure : courbe de vitesse, défaut à l'origine de l'arrêt, etc ...)

2016-05-29 suivi VNC.jpg
2018-12-15 log défauts autonomie 10 kW.JPG

Bonne journée

dB-)
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
d.Beaume, DBH Sarl, 33 les Chênes 88340 Le Val d'Ajol RCS Epinal Siren 510 554 835 capital 50 000 € APE 3511Z TVA FR82510554835
Ancienne filature, turbine Goulut et Borne 1600 l/s @ 5 m, 104CV, multiplicateur Comelor, alternateur CGEN
Etudes, vente et pose de turbines, rénovation, régulation, maintenance, vannes, grilles, dégrilleurs

Image
Site Web DBH Sarl.eu

Avatar du membre
From
Membre
Messages : 581
Enregistré le : 02 mars 2010, 10:59
Localisation : Région Rhône Alpes / Jura

Re: Électrotechnique, câbles, contacteurs, ...

Message par From »

Merci aux intervenants d'avoir pris le temps de me répondre même si je suis assez désorienté par la multiplicité des causes possibles !

Dans un premier temps je vais regarder le chemin emprunté par la ligne de terre : A ce propos que dois-je comprendre par " Les mises a la terre doivent être en étoile " ?

Puis je ferai quelques essais pour vous ce qui se passe après avoir débranché l'onduleur. Si rien n'explose je le laisserai désactivé comme ça jusqu'au prochain orage. On verra bien.

Merci à tous

F.
Moulin équipé 30 kW hydro ( Francis C. Dumont en chambre d'eau)+ 21 kWc solaire dans l'Ain.
Centrale de 105 kW ( Francis double sous bâche C. Dumont 75 kW et Francis sous bâche P. Bouvier 30 kW) dans le Jura.

ericnoharet
Membre
Messages : 1166
Enregistré le : 13 juin 2011, 13:36
Localisation : Sud Ardéche

Re: Électrotechnique, câbles, contacteurs, ...

Message par ericnoharet »

Bonjour,

Ce qu'il faut éviter, c'est les boucles de terre.

Se!on la configuration, il peut y avoir un circuit de terre fait par les supports de coffret la charpente etc...
Ensuite il y a le circuit de terre câblé où il faut éviter les allez retour. Le mieux, c'est un câble pour chaque élément qui va au point de regroupement de terre. En principe une barrette proche du sol.

C'est avec ce type de double circuit que l'on fait des boucles sans le vouloir.

En étoile, signifie que chaque fil arrive à un seul point central.

Eric

ponsot
Membre
Messages : 109
Enregistré le : 28 nov. 2015, 10:04
Localisation : Jura

Re: Électrotechnique, câbles, contacteurs, ...

Message par ponsot »

Bonjour, quelqu'un a t il déjà fait un forage dirigé sous un lit de rivière ?

Quel est le prix au mètre ?

Pour passer un câble de puissance

Merci pour vos réponses

Cordialement

Avatar du membre
dB-)
Site Admin
Messages : 3467
Enregistré le : 24 janv. 2010, 17:09
Localisation : Vosges
Contact :

Re: Électrotechnique, câbles, contacteurs, ...

Message par dB-) »

Bonjour,

vu faire une fois il y a quelques années dans les coins de Besançon (passage sous le Doubs ?) : chantier assez imposant avec une fosse de 4 ou 5 m de coté sur chaque rive et une sorte de fraise téléguidée ... Pas de photos ni de coordonnées d'entreprise .. :-|

Et vu plus récemment avec une "fusée pneumatique" pour le passage de canalisations d'eau sous les routes du village dans lequel je réside.

Faire une recherche internet avec par exemple les mots clé forage horizontal

Bonne journée

dB-)
d.Beaume, DBH Sarl, 33 les Chênes 88340 Le Val d'Ajol RCS Epinal Siren 510 554 835 capital 50 000 € APE 3511Z TVA FR82510554835
Ancienne filature, turbine Goulut et Borne 1600 l/s @ 5 m, 104CV, multiplicateur Comelor, alternateur CGEN
Etudes, vente et pose de turbines, rénovation, régulation, maintenance, vannes, grilles, dégrilleurs

Image
Site Web DBH Sarl.eu

Remi87
Membre
Messages : 12
Enregistré le : 14 mars 2017, 19:55

Re: Électrotechnique, câbles, contacteurs, ...

Message par Remi87 »

Bonjour,

L’intérêt du forage dirigé est qu'il n'y a pas besoin de fosse notamment... La machine est en surface, et la tête de foreuse arrive (normalement...) où on veut lors du tir pilote. On y accroche ensuite un aléseur en retour, et le tuyau à l'aléseur, puis la tête ressort par le chemin inverse en tirant et tournant sur le train de tige.

J'avais suivi un ou deux chantier du genre dans mon ancien boulot, mais je ne me souviens plus des prix malheureusement. Mais il me semble que du fait de la simplicité de préparation et des travaux annexe, ça reste la technique la plus souple et la moins chère...
C'est certain que pour un câble électrique, c'est la technique la plus adaptée parmi toutes les techniques de forage-fonçage. C'est la moins destructrice, mais si ce ne sont pas des travaux anodins quand même. Et ça dépend du sous-sol, de mémoire ça n'aime ni les sols trop moux, ni trop dur. Mais c'est souvent utilisé pour traverser des rivières avec des conduites d'AEP, de refoulement, ou des câbles.

Répondre