Protection de découplage

Ce forum est public et accessible en lecture même sans être inscrit, mais pour intervenir ou accéder aux pièces jointes il faut être inscrit.

Dans ce forum, vous pouvez demander des renseignements techniques ou administratifs, répondre aux questions posées, diffuser des informations relatives à la petite hydroélectricité.

Modérateurs : moulino51, MHEC

jpzab
Membre
Messages : 37
Inscription : 12 mars 2011, 20:44

Protection de découplage

Message par jpzab » 12 mars 2011, 21:57

Bonjour à tous,

Je suis un nouvel adhérent, j'espère avoir rempli correctement les formalités de publication d'un nouveau sujet. Dans le cas contraire veuillez m'en informer et m'en excuser

Je suis entrain de réhabiliter un ancien moulin en pico centrale hydroélectrique.
La puissance devrait etre de l'ordre de 9 KVA produits par un couple turbine Francis, génératrice asynchrone. J'envisage de vendre le surplus de production. Je suis à l'étape décisionnelle du choix du dispositif de découplage. Quand je lis la documentation ERDF_FOR_RAC_23E consacrée à mon cas d'application, il est autorisé 2 protections de découplage:
-un sectionneur automatique conforme à la norme DIN VDE 0126 1.1
-une protection de type B1

Sur ce deuxième cas j'ai réussi à obtenir des informations au travers de 2 fournisseurs, par contre pour le premier cas je suis encore dans le vague.
-Le contact ERDF que j'ai eu m'a laissé entendre que seule la protection type B1 est autorisée
-J'ai fini par trouver un fabricant Allemand (UFE)d'une protection conforme à la VDE 0126 1.1 qui m'affirme que son dispositif peut être utilisé et qu'il en commercialise pour le réseau français.

Je suis essentiellement motivé par un aspect économique. En effet, une protection type B1 coute de 1300 à 1600 euros HT, et si on veut l'acheter mise en coffret il faut compter 3200 à 4000 euros HT. Il faut y ajouter les frais de réglage ERDF sur site de l'ordre de 800 euros HT. La protection conforme VDE 0126 est commercialisée à environ 600 euros TTC, elle est prérèglée usine et ne nécessite pas de frais de réglage ERDF.

Mes questions sont les suivantes:
-Une protection de type VDE 0126 est elle vraiment envisageable dans mon cas d'exploitation?
-Si oui, qu'entend t'on par sectionneur automatique dans lequel la protection VDE doit être intégrée?
-Qui commercialise ce produit?
-Serait-il envisagable de réaliser soi-même un coffret comportant le sectionneur automatique et la protection VDE?

Cordialement
JpZab

Avatar de l’utilisateur
dB-)
Site Admin
Messages : 3163
Inscription : 24 janv. 2010, 17:09
Localisation : Vosges
Contact :

Re: Protection de découplage

Message par dB-) » 12 mars 2011, 22:24

Bonsoir,

à ma connaissance, les protections de découplage ont commencé à être spécifiées en 1982 avec le guide technique EDF GTE 2662. Les spécifications ont ensuite évolué de façon permanente, et certains textes Européens, Français et Allemands me semblent parfois contradictoires entre eux. Voir aussi le sujet viewtopic.php?f=5&t=222 qui contient l'ancien document "PROTECTION DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION RACCORDÉES A UN RÉSEAU DE DISTRIBUTION" publié par EDF GDF Services en 2001.

Ce document compare en page 33 les 3 protections en basse tension type B1 (dite aussi 2.1), B2 (dite aussi 2.2) et DIN VDE 0126 (et ce quelque soit le type de production, photovoltaïque, co-génération, hydroélectricité, éolien, etc ...)
Découplage BT selon B61-41-2 page 33.jpg
Il y a eu plus récemment une autre publication : Évolution des protections de découplage de mai 2010 (document EDF ci-dessous):
specification-technique.pdf
Evolution de la protection de découplage.jpg
D'après ce document, vous pouvez utiliser pour une production inférieure à 36 kVA 4 types de protections de découplage différents :
  • - B1 SEI
    - B1
    - B2
    - Sectionneur automatique DIN VDE 0126 1.1
Vous allez effectuer un raccordement en BT (400V), de moins de 36 kVA, et même de moins de 10 kVA, sans onduleur

D'après ce document récent, vous avez le droit d'utiliser un découplage simplifié B2 ou DIN VDE 0126 révision 1.1 : ces deux découplages sont probablement moins coûteux à l'achat que le B1 ou B1 SEI, beaucoup moins compliqués à régler, et moins coûteux à mettre en service !

Selon certains documents, la protection DIN VDE 0126 1.1 doit être incorporée soit à un onduleur, soit à un sectionneur (contacteur). En pratique, elle est plus utilisé en photovoltaïque qu'en hydroélectricité, car il faut justement un onduleur (lequel est inutile la plupart du temps en hydroélectricité, sauf cas particuliers) : c'est peut être pourquoi la personne que vous avez contactée chez ERDF ne vous l'a pas proposée, par habitude. A ce jour, je n'ai pas trouvé de module compact comprenant le contacteur et le détecteur. Selon d'autres documents, la protection DIN VDE 0126 peut comporter un détecteur d'une part, et un contacteur d'autre part, les deux étant séparés !

Evolution de la norme VDE 0126 :
Evolution DIN VDE 0126.JPG
Ce document confirme que vous pouvez utiliser une DIN VDE 0126 1.1 en hydroélectricité.

Pour la protection B2 : elle est peu courante en hydroélectricité, car les installation hydroélectriques raccordées font souvent plus de 10 kVA. A ce jour, je n'ai pas trouvé sur le marché de module simplifié qui fasse uniquement B2 : MicroEner par exemple propose le même module UM30-A pour B1 et B2.

Enfin, cerise sur le gâteau, le formulaire ERDF_FOR_RAC_23E ne semble pas à jour non plus, puisqu'il ne propose pas la protection B2 ...

Normalement, c'est vous qui choisissez votre protection de découplage, dans la liste adaptée à votre situation. Je pense qu'il faut essayer de recontacter la personne ERDF, en mentionnant le document ci-dessus, et en indiquant que vous souhaitez utiliser une protection B2 ou DIN VDE 0126

Un exemple de module de détection de défaut en DIN VDE 0126 est présenté ici :
UB_ENS31_franz_2008.pdf
Le site du fabricant est http://ufegmbh.de

Ce module ne fait que détecter, il ne comporte pas de contacteur interne, mais il est homologué ...

Un autre module de détection DIN VDE 0126 peu couteux (moins de 200 €) est ici : http://www.solar-kit.com/disjoncteur-a- ... e-VDE-0126
Module de détection selon DIN VDE 0126 1.1.JPG
en_e3yf400vfal02.pdf
Le site du fabricant est : http://www.tele-online.com

Donc si j'arrête de causer et que je reprends vos questions:

-Une protection de type VDE 0126 est elle vraiment envisageable dans mon cas d'exploitation : à mon avis oui
-Si oui, qu'entend t'on par sectionneur automatique dans lequel la protection VDE doit être intégrée : je pense que ce n'est pas clair : pour certains c'est un ensemble compact non démontable qui comprend le module de détection DIN VDE et son contacteur associé indissociable (il ne doit pas être possible de forcer la marche du contacteur si le module DIN ne le veut pas), et pour d'autres, le module et le contacteur peuvent être séparés...
-Qui commercialise ce produit : . Les deux modules ci-dessus ne font que la détection, et ne comportent pas de contacteur incorporé. Ils sont cependant agréés et ont des certificats de conformité ! Je n'ai pas trouvé sur le marché d'ensembles détection/contacteur compacts
-Serait-il envisageable de réaliser soi-même un coffret comportant le sectionneur automatique et la protection VDE? Oui, si on trouve un module avec son contacteur intégré : Il se fixerait simplement sur un rail DIN, sans câblage compliqué, comme un vulgaire disjoncteur magnétothermique : 3 bornes en haut pour aller vers le secteur, et 3 bornes en bas pour aller vers votre génératrice. Et "oui" aussi si on veut associer soit même un module tel que ceux ci-dessus, et un contacteur séparé. Mais comme peu de personnes l'ont déjà fait, cette solution est peut être difficilement reconnue. Elle est cependant strictement identique à une B.1 par exemple : un module B.1 de type UM-30A ne fait que la détection, et il est toujours associé à un contacteur externe choisi en fonction de la puissance à commuter.

:arrow: Essayez de proposer une solution en remplissant votre document ERDF_FOR_RAC_23E, avec par exemple le module UFE ENS31 ou E3YF400VFAL02 et un contacteur associé, en joignant le certificat de conformité du module et le schéma de câblage de la notice. Cette solution est à mon avis légale, et devrait être acceptée. Si elle est refusée, demandez une réponse écrite, et donnez copie au fabricant des modules, pour voir.

Cordialement

dB-)
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
d.Beaume, DBH Sarl, 33 les Chênes 88340 Le Val d'Ajol RCS Epinal Siren 510 554 835 capital 50 000 € APE 3511Z TVA FR82510554835
Ancienne filature, turbine Goulut et Borne 1600 l/s @ 5 m, 104CV, multiplicateur Comelor, alternateur CGEN
Etudes, vente et pose de turbines, rénovation, régulation, maintenance, vannes, grilles, dégrilleurs

Image
Site Web DBH Sarl.eu

jpzab
Membre
Messages : 37
Inscription : 12 mars 2011, 20:44

Re: Protection de découplage

Message par jpzab » 13 mars 2011, 17:07

Bonjour,

Merci pour votre réponse très complète;
Je voudrais cependant corriger quelques points sur lesquels je me suis fait également piéger:
-Les spécifications qui ont les initiales SEI comme "Systemes Energétiques Insulaires" ne s'adressent pas aux équipements interconnectés que nous avons en Métropole, ils sont valables dans les DOM TOM et la Corse.
-La protection de type B2 semble obsolète. En effet si on lit le document ERDF-NOI-RES_13E du 01/06/2008
http://www.erdfdistribution.fr/medias/D ... ES_13E.pdf
il est précisé au paragraphe 2.7.2 p32:

Cette protection de découplage est une version simplifiée de la protection B.1 qui a été utilisée pour les sites de
très faible puissance.
Elle ne comporte que des relais de surveillance de la tension BT au point de raccordement du producteur. Elle
n’est plus retenue car tous les relais modernes destinés à la protection de découplage comportent une fonction
de seuil maxi et mini de fréquence.


-Dans ce même document , il y a ambiguité au paragraphe 2.7.3 de la page 32 quant à l'utilisation d'une protection type DIN VDE 0126 1.1.
Le texte indique:
2.7.3 Le sectionneur automatique selon DIN VDE 0126
Cette protection de découplage est incorporée à un sectionneur automatique ou à un onduleur de puissance
inférieure ou égale à 4,6 kW ou 5 kW crête dans le cas d’une installation photovoltaïque. Elle est destinée à
déceler les différents types de défaut survenant sur le réseau d’alimentation BT et sur le réseau HTA dont est
issu le réseau BT. La mise en oeuvre de plusieurs modules (sectionneurs ou onduleurs intégrant cette protection
de découplage) dans une même installation est possible dans la limite d’une puissance installée inférieure ou
égale à 250 kVA.


A quoi cela s'applique t il?
-à un équipement (qu'il soit sectionneur automatique ou onduleur ; les deux étant de puissance inférieure à 4.5 KW dans le cas d'une application photovoltaique)
-à une protection intégrée à un sectionneur automatique (quelle qu'en soit la puissance) ou à un onduleurr de puissance inférieure à 4.5 kw; les 2 dans le cas d'une application photovoltaique
-à une protection intégrée à un sectionneur automatique (dans une application générale d'injection sur le réseau) ou à une protection intégrée à un onduleur de puissance inférieure à 4.5 kw dans le cas d'une application photovoltaique.

j'aurais tendance à adopter la dernière proposition en se basant sur un autre texte de ERDF FOR RAC 23 E du 01/07/2009.
http://www.erdfdistribution.fr/medias/D ... ulaire.pdf
En effet ce formulaire s'intitule:

FORMULAIRE DE DEMANDE DE RACCORDEMENT
AU RÉSEAU PUBLIC DE DISTRIBUTION BT GÉRÉ PAR ERDF
POUR UNE INSTALLATION DE PRODUCTION INJECTANT SANS ONDULEUR
ET DE PUISSANCE INJECTÉE INFÉRIEURE OU ÉGALE À 36 kVA.


Il n'est pas question d'onduleurs puisque c'est "SANS"
En page 4 , on demande le type de protection adopté:
La protection de découplage est :
Assurée par un sectionneur automatique conforme à la norme DIN VDE 0126 1.1
Assurée par une protection type B1


Ceci laisse donc bien supposer que ce cas de sectionneur automatique VDE 0126 1.1 est autorisé

-Dans mon dernier contact avec ERDF, l'interlocuteur m'a indiqué que dans mon cas d'application (injection avec une génératrice asynchrone) il n'y avait que la protection B1 qui était autorisée et que ceci était spécifié dans la NFC 14 100 et dans le guide NFC 15 400, et que si je n'appliquais pas je ne pourrais pas avoir mon certificat de Consuel .
J'ai cherché dans la NFC 14 100, je n'ai rien trouvé sur le sujet. Par contre je n'ai pas le texte de la NFC 15 400, cela serait très utile si quelqu'un pouvait la consulter et vérifier si le sujet est évoqué.

Concernant les produits UFEgmbh, j'ai été précédemment en contact avec eux. J'avais trouvé que leur produit répondait parfaitement à mon besoin. Ils m'ont répondu qu'ils commercialisaient effectivement des protections pour le marché français et qu'ils pouvaient me le régler usine pour le réseau ERDF. Je leur ai demandé de préciser les applications et de me donner des références en France; depuis "silence radio", j'attend quelques jours avant de les relancer?

Encore Merci pour votre aide
Cordialement
JPzab

Avatar de l’utilisateur
Admin
Site Admin
Messages : 196
Inscription : 01 avr. 2010, 19:54
Localisation : Vosges
Contact :

Re: Protection de découplage

Message par Admin » 14 mars 2011, 00:19

Bonsoir,

- pour les normes SEI, nous avons peut être des lecteurs en Corse ou autres îles Françaises, donc ces normes sont importantes aussi !

- pour la B2, elle semble obsolète dans le document ERDF de 2008, mais EDF en parle toujours dans son document de mai 2010 !

- question suivante, j'interprète comme vous : Cette protection de découplage est incorporée à un sectionneur automatique (de puissance quelconque, et pour une production quelconque : hydraulique, éolienne, co-génération, ...) OU à un onduleur de puissance inférieure ou égale à 4,6 kW (cas d'une éolienne ou autre) ou 5 kW crête (cas du PV) : ce document date de 2008 et tient compte des anciennes limitations de la VDE, qui n'existent plus aujourd'hui. C'est ce que j'indiquais dans ma première réponse.

- Sur la NFC 15-400 (j'ai acheté la dernière version disponible, celle de juillet 2005), on ne parle pour la VDE que d'équipements de moins de 4,6 ou 5 kW en général ! C'est normal, c'est aussi l'ancienne VDE qui est citée, et non plus celle d'aujourd'hui... Le problème de la NFC 15-400 est donc qu'elle est un peu "vieillotte" : elle n'a pas suivi l'évolution de la DIN VDE 0126 1.1
UTE C 15-100 page 34.jpg
(au passage, il y en a qui aiment bien pinailler pour vouloir distinguer ces deux valeurs très proches de 4,6 et 5 kW : attention, oulààà, ne pas confondre...)
UTE C 15-100 page 48.jpg
Et là on parle toujours de la B2 ...

Comme donc on a une norme Française qui prend la poussière, on fait appel à une norme Allemande, mais on en est encore à l'ancienne version, on la reconnait du bout des lèvres, et on pinaille pour l'appliquer.

Donc on tourne en rond ... Personnellement, j'essaierais le coup du courrier recommandé proposant une solution en VDE 0126 1.1, avec les justificatifs (extrait des textes ci-dessus, certificat de conformité du fabricant du relais), et j'attendrais une réponse écrite.
Communication.JPG
Il faudrait savoir si oui ou non ERDF reconnait la norme DIN VDE 0126 1.1 ! il semble que oui, voir le nombre d'installations photovoltaïques connectées avec cette norme. Et si c'est oui, alors la nouvelle version 1.1 de cette norme est valable pour tous générateurs, de toutes puissances !
Evolution norme DIN VDE 0126 1.1 juin 2010.JPG
Evolution DIN VDE 0126 page 37.jpg
Comme déjà indiqué, je pense que le seul problème est que vous avez une installation atypique, et que les évolutions de normes n'ont pas encore été répercutées au sein d'ERDF. De plus, il y a hélas une très forte tendance à freiner tout ce qui est injection de petites productions d'électricité ...

Si de guerre lasse vous prenez une protection de découplage de type B1 (alias 2.1), ça tourne autour de 1300 €, et c'est facile à câbler (3 fils vers les 3 phases, et un contact sec qui pilote le contacteur de découplage). En plus vous avez une notice de réglage à lire le soir, très pratique pour s'endormir !

Si vous avez plus d'infos, tenez-nous S.V.P. au courant : si la VDE 0126 1.1 peut-être utilisée pour la petite hydroélectricité, cela permettra à pas mal de petits producteurs de se connecter légalement au réseau, à un coût bien inférieur au coût actuel : environ 300 € pour un relais VDE 0126 1.1 contre 1300 € pour un relais B.1 !

Cordialement

dB-)
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
didier Beaume, DBH Sarl, 33 Les Chênes, 88340 Le Val d'Ajol
RCS Epinal, Siren 510 554 835, http://dbhsarl.eu, capital 5000€, APE 3511Z, TVA FR82510554835

Ancienne filature avec turbine Francis Goulut et Borne, 1600 l/s sous 5 m, 104CV, multiplicateur Comelor, alternateur CGEN

jpzab
Membre
Messages : 37
Inscription : 12 mars 2011, 20:44

Re: Protection de découplage

Message par jpzab » 16 mars 2011, 09:40

Merci encore pour tous ces éléments,

Désolé pour le retard mais j'ai été privé d'internet depuis 2 jours suite à une intervention sur le réseau

En lisant attentivement votre texte, je suis tout à fait en phase avec votre analyse.
Je pense avoir décelé des éléments dans les documents que vous avez annexés qui pourraient etre utilisés pour défendre la position de la VDE 126 1.1.

Je m'explique:

Les documents ERDF récents (tel que le formulaire ERDF FOR RAC 23 E) du 01/07/2009 font appel à la DIN VDE 0126 1.1
En page 4 , on demande le type de protection adopté:
La protection de découplage est :
Assurée par un sectionneur automatique conforme à la norme DIN VDE 0126 1.1
Assurée par une protection type B1


La NFC 14 100 parle de la VDE 126 , donc l'ancienne version qui était limitée à 4.5 KVA

La VDE 126 ayant évolué vers la 126 1-1 en étendant , entr'autre son champ d'application, (plus de limite de puissance ). ERDF devrait accepter cette position.
Je risque ensuite d'être embetté par Consuel qui peut me reprocher d'être non conforme à la NFC 14 100, qui elle se refère toujours à l'ancienne VDE.

Que pensez vous de cet argumentaire? Voyez vous des compléments à ajouter?
Je suis décidé à tenter l'opération. Si je réussis celà pourra faire "jurisprudence"

J'ai encore un point qui n'est pas très clair dans ma tête:
La protection type B1 doit être dans un coffret plombé.
Qu'en est il de la protection VDE 126 1-1? Ne peut elle pas tout simplement se trouver dans le coffret de production du propriétaire, car les réglages sont réalisés en usine et inaccessibles.Si cela était vrai on gagne en plus un coffret spécifique. Compte tenu du cout de la protection, de celui de l'intervention de réglage ERDF, de celui du coffret, cela doit avoisiner les 2500 euros TTC de gain.

Merci encore pour votre aide

Cordialement

JPzab

Julien73

Re: Protection de découplage

Message par Julien73 » 16 mars 2011, 21:25

Bonjour,

Je suis actuellement étudiant en BTS électrotechnique et nous avons pour projet la rénovation d'une microcentrale partie électrique.
Actuellement nous sommes un peu dans le flou vis à vis de la protection de découplage de la machine asynchrone qui nous sert de génératrice.
La machine que nous utilisons est d'une puissance apparente de l'ordre de 41 KVA.
Après plusieurs recherches je suis tombé sur un relai de découplage Microener ==> http://www.microener.com/gamme_m/um30a_nc.pdf
D'après une documentation EDF que j'ai pu consulter, on nous informe que le relai B2 convient pour les installations de très faibles puissances, mais il ne précise pas de chiffres.
Donc qu'entende t'il par installation de très faible puissance ?
Le B2 conviendrait-il à notre installation ? Le microener pourrait-il répondre à nos attentes ?

Je vous remercie par avance. Cordialement Julien

Avatar de l’utilisateur
dB-)
Site Admin
Messages : 3163
Inscription : 24 janv. 2010, 17:09
Localisation : Vosges
Contact :

Re: Protection de découplage

Message par dB-) » 16 mars 2011, 21:28

Bonjour,

Julien73, voyez S.V.P. les informations déjà échangées plus haut, il y a de quoi s'occuper !

jpzab, on est bien d'accord. Il faut d'une part essayer de remplir le dossier ERDF avec les arguments pour une DIN VDE 0126 1.1, et d'autre part contacter l'organisme qui va intervenir chez vous pour l'obtention du Consuel (qui sera exigé par ERDF dans un cas comme dans l'autre, DIN VDE 0126 1.1 ou B1) : par exemple en ce qui me concerne cet organisme est l'Apave. L'organisme de vérification va vous facturer une prestation comprenant le contrôle du dossier technique : votre installation doit être en conformité avec la NFC 15-100 ; structure du schéma, dimensionnement des composants (contacteurs, disjoncteurs, ...), sections de câbles, courants de court circuit, etc.. L'organisme effectuera ensuite la vérification sur place de votre câblage : protection contre les contacts directs, pas 5 fils dans une même borne, couleurs de fils, mise à la terre d'une porte métallique, mesure de la résistance de terre, etc...). Enfin si tout est correct il enverra le formulaire Consuel complété (formulaire qu'il faut acheter au préalable, par exemple en ligne sur http://www.consuel.com ).

Vous envoyez donc en un premier temps à cet organisme un schéma de votre projet, avec à l'endroit du module de découplage la référence DIN VDE 0126 1.1. Pendant ce temps vous réalisez votre coffret, en prévoyant la place pour le plus volumineux des 2 modules (le B1). Selon le résultat de l'examen du dossier technique, vous implantez l'une ou l'autre des protections.

Normalement la protection VDE n'a pas à être plombée, car elle ne comporte pas de réglages accessibles à l'utilisateur.
  • - retard à la mise en service fixe de 30 s
    - déclenchement en 200 ms si la tension passe en dessous de 80% du nominal
    - déclenchement en 200 ms si la tension passe au dessus de 115% du nominal
    - déclenchement en 20 ms s en cas de perte d'une phase
La protection B1 est par contre plombée : avec un module UM30-A par exemple, la porte transparente en façade du module comporte un logement pour passer le fil du scellé. Le module peut faire partie du coffret de régulation, qui lui ne doit pas être plombé (à ma connaissance). Ce plombage n'est qu'apparent, car tous les réglages restent accessibles par la liaison numérique MODBUS ...

De toutes façons, vouloir bidouiller les réglages d'une protection de découplage n'a aucun intérêt technique ou économique, et ne peut qu'apporter quantité d'ennuis en cas d'incident.

Cordialement

dB-)
d.Beaume, DBH Sarl, 33 les Chênes 88340 Le Val d'Ajol RCS Epinal Siren 510 554 835 capital 50 000 € APE 3511Z TVA FR82510554835
Ancienne filature, turbine Goulut et Borne 1600 l/s @ 5 m, 104CV, multiplicateur Comelor, alternateur CGEN
Etudes, vente et pose de turbines, rénovation, régulation, maintenance, vannes, grilles, dégrilleurs

Image
Site Web DBH Sarl.eu

jpzab
Membre
Messages : 37
Inscription : 12 mars 2011, 20:44

Re: Protection de découplage

Message par jpzab » 07 avr. 2011, 10:50

bonjour,

Juste un mot pour vous informer que j'ai envoyé un courrier à ERDF-Prod, avec un argumentaire bâti à l'aide des éléments de la discussion ci-dessus, pour leur demander d'utiliser la VDE 0126-1-1 pour mon cas de raccordement.
Je vous tiendrai informé du résultat dès que j'aurai la réponse.

Cordialement

Jpzab

Avatar de l’utilisateur
Admin
Site Admin
Messages : 196
Inscription : 01 avr. 2010, 19:54
Localisation : Vosges
Contact :

Re: Protection de découplage

Message par Admin » 13 juin 2011, 08:16

Bonjour,

petit résumé suite au plantage du forum ...

Pour injecter sur le réseau, et même normalement pour connecter au réseau une machine qui peut par moments se conduire en générateur (suivez mon regard) il faut une protection de découplage qui va automatiquement isoler votre installation en cas de coupure secteur.

Les protections de découplage ont commencé à être spécifiées en 1982 avec le guide technique EDF GTE 2662, elles ont ensuite évolué de façon permanente, et les textes Européens, Français et Allemands sont parfois contradictoires entre eux : différentes versions de la DIN VDE 0126, de la NFC 15-100 et de la NFC 15-400. Si vous avez du temps et du courage lire complètement ce sujet ...

Pour une installation de moins de 36 kVA la documentation ERDF_FOR_RAC_23E autorise 2 protections de découplage:
  • -un sectionneur automatique conforme à la norme DIN VDE 0126 11
    -ou une protection de type B1 dite aussi 2.1
Le sectionneur automatique selon DIN VDE 0126 1.1. est souvent intégré à un onduleur utilisé en photovoltaïque, la plupart du temps, un tel onduleur n'est pas utilisé en petite hydroélectricité, et on utilise alors une protection B1 ou 2.1

Or cette protection est complexe (déclenchement en tension et en fréquence), coûteuse (1300 à 4000 €), et ERDF facture environ 800 € une procédure de réglage à la mise en service. D'après la NFC 15-400 (pages 6 et 7) le choix du découplage appartient au gestionnaire du réseau public de distribution. Il semble que suite à la demande récente d'un propriétaire de microcentrale (jpzab), argumentée par l'évolution de la DIN VDE 0126 1.1, ERDF a admis qu'une protection VDE 0126 1.1 peut être utilisée sur une microcentrale hydroélectrique sans onduleur.

Point très intéressant, car cette protection est simple (uniquement des seuils de tension), très peu coûteuse (exemple module homologué VDE 126 1.1 chez ABB, environ 150 € HT, référence CM-UFS-1 n° code 1SVR 630 736 R0300), et non réglable, ce qui fait que la procédure de réglage ERDF n'est plus nécessaire.

La visite Consuel ne concerne que la conformité de l'installation à la NFC 15-100 : dimension et cheminement des câbles, régime de terre, borniers, protections, signalisation, câblage du coffret, sécurité, etc ... sans analyser le découplage qui est de la responsabilité du distributeur.

Donc tout cela semble en bonne voie pour les petites installations :

a) Si vous souhaitez vendre du courant, un raccordement de micro centrale hydroélectrique serait possible avec un simple module VDE 0126 1.1:
  • - il faudrait joindre au formulaire retourné à ERDF le certificat de conformité (à la VDE 0126 1.1) du module
    - coût du module découplage environ 150€ au lieu de 1500€ + 800 € = 2300 €
    - il faut quand même ajouter le contacteur de découplage
b) Si vous avez une roue d'agrément, entrainée par un moteur asynchrone relié au secteur, et qui malheureusement tourne trop bien et se comporte parfois en génératrice, vous pouvez vous mettre en sécurité et en conformité en installant un module de découplage VDE 0126 1.1 entre génératrice (pardon, moteur) et réseau, ceci sans pour autant demander de contrat d'injection, puisque 99% du temps vous n'injectez pas, vous ne faites qu'effacer votre propre consommation.

Précision : tous ces propos n'engagent pour l'instant que moi, mais j'ai bon espoir que cette démarche qui semble bien amorcée dans les pays voisins se traduise prochainement par une évolution et une clarification des textes Français.

Cordialement
didier Beaume, DBH Sarl, 33 Les Chênes, 88340 Le Val d'Ajol
RCS Epinal, Siren 510 554 835, http://dbhsarl.eu, capital 5000€, APE 3511Z, TVA FR82510554835

Ancienne filature avec turbine Francis Goulut et Borne, 1600 l/s sous 5 m, 104CV, multiplicateur Comelor, alternateur CGEN

Jan Maniak

Découplage intempestif sur génés triange - étoile

Message par Jan Maniak » 28 nov. 2011, 18:14

Bonjour.

Propriétaire de 2 micro centrales, j'ai participé à l'installation d'une micro centrale en réalisant l'installation électrique. Il y a deux génératrices, l'une raccordée en étoile, l'autre en triangle

Nous avons un soucis de couplage avec la génératrice triangle.

Il arrive, de façon aléatoire, que lorsque la génératrice se couple au réseau, le coffret de découplage (protection type B1, Mirco Ener) détecte un manque de tension (celle ci est alors mesurée à 84% de VM, alors que le seuil est réglé à 85%) et provoque donc instantanément l'arrêt de la machine.

Je précise le caractère totalement aléatoire de ce phénomène

L'un d'entre vous aurait-il des pistes ? Le fournisseur (Micro Ener) n'en a pas, et nous incite à nous retourner vers ERDF.

Merci de votre aide.

jan

Répondre